dimanche 11 décembre 2016

OPERATION MORINGA






 Le programme se déroule de janvier à octobre 2017
Le village choisi pour l'expérimentation par notre partenaire nigérien est Karma Zarma dans la Région de Dosso. L’école compte 375 élèves Le chef du village a atrib ué un terrain qui jouxte l'école avec accès à l'eau.

MISE A JOUR LE 9 MAI 2017

Les premiers résultats

20 élèves (10 filles et 10 garçons) se sont portés volontaires pour suivre la formation et assurer l'entretien des plantations y compris les jours où il n'y a pas classe. Le Directeur de l'école s'est engagé à assurer le suivi des activités.

Le responsable du projet, Boubacar Ousmane, notre partenaire nigérien, assure 2 visites par semaine et dispense la formation qui est de son domaine de compétence.

 De janvier à mars : 
on a appris à préparer les pots, à les aligner, à semer et à arroser


 
.


Mi-mars, 
les plantules ont été installées dans les trous préparés pour les recevoir. Le Directeur supervise l'ensemble et les jeunes écoliers assurent l'entretien des plantations.



  
De nombreux villageois sont venus acheter des plants et avec l'argent versé dans la caisse de l'école  les jeunes ont demandé à acheter de nouvelles semences.
 

Début mai, la cueillette a pu commencer !
 Des plats ont été préparés par une cuisinière et les premières dégustations ont eu lieu .... mais pour le moment il faut encore patienter le temps que les arbres deviennent plus vigoureux.


Parallèlement à la culture du moringa les jeunes écoliers ont installé un potager qui a fourni les légumes pour les démonstrations.

 Le suivi pédagogique
 Les jeunes ont deux heures de formation à l'environnement, à la culture du moringa et à son utilisation dans l'alimentation.
Des documents sont  conçus et testés à cet effet : contes initiatiques, livret du jardinier, recueil de recettes.

 Lecture d'un conte



  Formation cuisine



 Le programme de formation des jeunes écoliers sera finalisé d'ici la fin de l'année scolaire.

En septembre des ateliers seront organisés sur les thèmes de la conservation et de la transformation des feuilles de moringa : ces ateliers devront déboucher sur la mise en place d'une activité génératrice de revenus pour les villageoises intéressées.

L'évaluation de cette expérimentation permettra de préparer un dossier de recherche de financement afin de reproduire le projet à grande échelle, dans plusieurs écoles.


Afin de financer ce projet, 
des bénévoles de notre association fabriquent 
« Le pouf qui cuit »



Version modernisée de la « marmite norvégienne »,  
 il permet de  réaliser vos préparations culinaires.
- cuisson douce
- gain de temps
- substantielles  économies d’énergie.


Prix de vente : 40 €
Notre association présentera sa collection
au Marché Equitable et Solidaire de Bayonne ( MEB) 
 le 20 mai 2017
Mail Chaho Pelletier (au bord de la Nive)

Vous pouvez aussi voir l’exposition au siège de l’association, 74 Porte de la Bastide à Hastingues ou passer commande (téléphone : 06 80 12 43 66).

PS  l'année dernière, la vente des "Pouf qui cuit" avait permis de démarrer au Niger un atelier féminin de fabrication de sacs cuiseurs. Cet atelier est aujourd'hui autonome et, à ce jour,  plus d'une centaine de sacs cuiseurs ont été vendus aux ménagères nigériennes.

mercredi 26 octobre 2016

LES ACTIONS DEVELOPPEES



Notre AG s’est tenue le 1er octobre à Hastingues : le point sur la réalisation des objectifs du programme de 2015/2016 et l’étude de l’accompagnement de la stratégie de développement de notre partenaire au Niger, l’Ong Aproder.

Le compte rendu complet de l'AG est disponible sur demande (mail : madela.af@hotmail.fr)

Pour 2015/2016, le programme prévu était :
1)       d’accompagner l’Ong A.Pro.Dé.R. dans sa stratégie de développement des pépinières arboricoles et des activités menées par les jeunes artisans de l’Union Bon Ferey : fours à économie de bois et sacs cuiseurs.
2)        2/ de permettre à l’Ong A.Pro.Dé.R.de constituer des fonds propres afin de pouvoir se positionner sur les appels à candidature qui se présentent pour des projets de développement rural.

Pour accompagner ces actions nous avons obtenu à partir du mois de janvier 2016 deux financements pour une durée d’un an des Fondations :
- Entreprise et Solidarité : pour l’implantation d’une pépinière arboricole à Dosso
- Bolivia Inti Sud Soleil (BISS) : pour l’extension de la zone de commercialisation des fours à économie de bois.

Ainsi, outre le suivi des centres et des sites maraîchers villageois que nous avions mis en place et qui sont tous en fonctionnement, A.Pro.Dé.R. a mené de multiples activités en phase avec la stratégie élaborée.

Objectif 1) Accompagner l’Ong A.Pro.Dé.R. dans sa stratégie de développement des pépinières arboricoles et des activités menées par les jeunes artisans de l’Union Bon Ferey : fours à économie de bois et sacs cuiseurs.


BILAN GLOBAL  DE L’ACTIVITE DES PEPINIERES

Notation : A contrats obtenus et financés localement ; M sous financement Madela

Au total, depuis juillet 2015,
- A 77 720 plants forestiers (dont 35 000 directement produits par A.Pro.Dé.R., le reste étant négocié auprès d’autres pépiniéristes) ont été vendus à des communes rurales dans le cadre du projet national de reboisement. A.Pro.Dé.R. est en charge de la production et du suivi des plantations ; 
 - A en mars 2016, 30 000 plants forestiers ont été mis en pépinière à Birni.
M en octobre 2015, pour la saison maraîchère, 15 550 plants ont été mis en pépinière à Dosso, dont 550 fruitiers.
- M 4 pépiniéristes et 8 apprentis ont été formés.
De plus cette année, des légumes ont été produits et vendus ce qui a donné des recettes supplémentaires.

Nouveau contrat en mai 2016
A Afin de répondre à un appel à candidature du PGRC/DU (Programme de gestion des risques de catastrophes naturelles et de développement urbain),  A.Pro.Dé.R. a formé un consortium avec deux autres Ong de Niamey et le dossier qu’ils ont déposé a été retenu au mois de mai 2016 pour le reboisement de 100 ha.

M BILAN DE L’ACTIVITE FEB




De janvier à septembre 2016 : 548 fours ont été fabriqués et vendus si bien que la prévision de 720 fours pour l’année sera atteinte.

L’objectif du projet cette année était d’élargir la zone de commercialisation qui se limitait  jusqu’alors à Dosso et Birni.  Pour cela, Boubacar Ousmane a fait des missions à Maradi, Zinder, Niamey, Gaya, Doutchi et autres communes et villages : en septembre les nouvelles zones prospectées représentent  73 % des ventes de la période.

Cette activité procure des revenus à 8 artisans et 15 apprentis ont été formés.

M MISE AU POINT NOUVEAUX PRODUITS : sacs cuiseurs

Un atelier a démarré à Dosso et 56 sacs cuiseurs ont été vendus. Ces sacs étant plutôt adaptés aux ménages urbains qui utilisent de plus en plus souvent les bouteilles de gaz pour cuisiner,  un caisson en bois a été mis au point et testé à destination des familles rurales. Ce prototype est en cours d’étude (problème de prix de revient).

Toutes ces activités font appel à la  main d’œuvre locale : les jeunes (filles et garçons) que nous avions formés et des apprenti(e)s qu’ils forment à leur tour, leur procurant du travail et des revenus. Il s’agit de biens de conception simple : ils sont performants et vendus à un prix accessible. Ils sont en phase avec les économies d’énergie et les actions de préservation de l’environnement.

Objectif 2/  Permettre à l’Ong A.Pro.Dé.R.de constituer des fonds propres afin de pouvoir se positionner sur les appels à candidature qui se présentent pour des projets de développement rural.

En résumé :

FONDS DE ROULEMENT A.Pro.Dé.R. AU 30/06/2016

MARGE sur les activités

9 188 
Union Bon Ferey
2011

A Contrats A.Pro.Dé.R.
7177

Solde subvention LuxDev

3 293 
Contrat réparation tables écoles


de l'année précédente


Total des ressours

12 481 
Participation au budget des dépenses


Dépensé au Niger
13 262
- 2 346 
Viré par Madéla
10 916

Fonds de roulement
en €
10 135 
en Fcfa
6 648 124 






           IMPACT DES ACTIVITES D’ A.Pro.Dé.R. SUR LE DEVELOPPEMENT RURAL 
Outre des activités en phase avec la protection de l’environnement, 74 % des dépenses engagées procurent des revenus aux villageois et du chiffre d’affaires aux entreprises locales.

Dépenses
Destination dépenses

 dont ->
Villageois
Fournisseurs
A CONTRATS APRODER
10 010 450 
2 331 600 
3 847 000 

UNION BON FEREY
 dont ->
 jeunes artisans
 Fournisseurs
Activité FEB
2 930 000 
490 000 
2 260 000 
Activité maraîchère Dosso
733 500 
530 000 
203 500 
Nouveaux produits expérimentés
 480 000
138 000 
342 000 
Production petits objets
10 000 
40 000 


Totaux Fcfa
13 858 830 
3 529 600 
6 652 500 
EN EUROS
21 128
5 381
10 142

Une attention particulière pour la redistribution auprès des villageois : 3 529 600 Fcfa (5 381 €). Il s'agit de revenus du travail gagnés essentiellement par des jeunes villageois  dissuadés ainsi  de partir en exode.

LA STRATEGIE 2017

Pour répondre à la demande croissante des fours à économie de bois, il a été décidé
l’extension de l’atelier de fabrication des fours à économie de bois et la formation de nouveaux artisans.

Dans le domaine des pépinières de nouveaux contrats sont en cours en lien avec la stratégie menée par l ’Etat :
- en faveur du reboisement,
- en faveur de l’amélioration de l’alimentation, développement du moringa et de son utilisation.

 Ainsi, notre programme modestement débuté en 2006 dans un village, puis poursuivi ensuite dans 4 autres villages, a impulsé chez nos partenaires la volonté de poursuivre et d'agir efficacement en faveur de leur pays.


Le rôle de notre association a changé de nature :  
Désormais, c’est l’Ong Aproder qui fait du développement rural,  
autonome dans ses choix, elle a sa stratégie et devient le moteur et l’accélérateur du programme 

Il s’agit pour nous  d’accompagner et de soutenir l’équipe dirigeante : gestion, planification et participation au financement des nouveaux projets  qui nous sont présentés.

Les nouveaux projets présentés sont en adéquation avec  notre volonté d'agir pour le développement rural
Les contrats obtenus localement par Aproder impliquent un travail de veille, la mise en compétition avec d'autres structures locales et des contraintes financières (en particulier des avances à faire dont le remboursement tarde souvent à cause de procédures administratives !).